Accueil > le territoire / panorama

Des sites à renommée internationale

Une identité historique forte autour du catharisme

L’histoire du territoire est comme sa géologie, riche et mouvementée. Nature et culture se confondent, se mêlent, et peuvent surprendre le visiteur. Zone de contact, zone de confins, le territoire a connu une occupation très ancienne, dès la Préhistoire. Mais ce sont ses crêtes ventées, propulsant la silhouette découpée des citadelles qui donnent le vertige.

Des châteaux et forteresses, témoins inédits, impressionnants et émouvants en quête d’une nouvelle reconnaissance

Le moyen âge est assurément la période la plus riche et pour laquelle le territoire regorge de vestiges, témoignages, faits qui retiennent l’attention des historiens avec deux grands événements et phénomènes historiques.

  • Le catharisme et la croisade contre les albigeois.
  • La construction de la frontière entre les royaumes de France et d’Aragon avec les forteresses royales.

 - © DR
La concentration et la densité des sites sont exceptionnelles.

La création du PNR apporte une nouvelle cohérence aux démarches de protection et de valorisation de ce patrimoine, grâce à l’intégration des Corbières et du Fenouillèdes dans une même dynamique. Elle contribue également à définir de nouvelles ambitions en lien avec le développement durable du territoire, pour mieux prendre en compte : l’approche globale des sites et les interconnexions avec le territoire (paysage, accès, services, activités…), la régulation des flux sur les sites et entre les sites, la valorisation de sites plus confidentiels…

Le territoire des Corbières-Fenouillèdes est parsemé dans presque chaque village de traces, vestiges, éléments patrimoniaux témoins de cette période troublée du moyen-âge (châteaux, tours, bornes frontières…).

Il concentre, au cœur du périmètre, les sites et monuments parmi les plus emblématiques de cette histoire : les châteaux de Puilaurens, Peyrepertuse, Quéribus, Termes et Aguilar devenus forteresses « royales » qui font l’objet d’une démarche d’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La valorisation de cette histoire et de ce patrimoine s’est inscrite, depuis les années 1990, dans le programme « Pays Cathare » initié par le Conseil départemental de l’Aude qui se poursuit aujourd’hui dans le cadre d’un nouveau programme « L’acte II du Pays Cathare ».

Paléontologie et préhistoire :
un potentiel de recherche et de découverte à investir

Les Corbières-Fenouillèdes offrent une palette très riche d’éléments permettant de balayer et de comprendre les pé­riodes les plus anciennes, au-delà de l’occupation humaine.

La géologie si particulière, associée à un territoire très rural peu touché par l’urbanisation, permet de conserver des gisements importants et particulièrement intéressants pour la connaissance scientifique. Plusieurs sites, chantiers de fouilles et recherches en laboratoire apportent des éléments de compréhension, que ce soit sur l’extinction des dinosaures ou sur l’apparition des premiers hommes avec des découvertes d’envergure nationale et internationale comme à Tautavel.

Le territoire représente un potentiel immense d’exploration et de découvertes, pourtant méconnu et peu investi hors quelques sites. La présence de laboratoires de recherche et/ou de musées de site avec des services pédagogiques (à Tautavel, Espéraza, Bélesta) favorisent la médiation et la vulgarisation des connaissances. Cependant leur dispersion, les différences d’organisation, de moyens ne contribuent pas à une lisibilité de leurs actions et plus largement à la reconnaissance de ce potentiel. La méconnaissance (parfois locale) des sites et/ou l’absence de protection, contribuent à leur fragilité et parfois à leur destruction.

Un patrimoine linguistique pour enrichir le lien social

Jusqu’à la seconde moitié du ⅩⅩème siècle, l’Occitan fut le parler usuel de la majeure partie des Corbières et du Fenouillèdes. Cette langue vivante constitue un des éléments fédérateurs du territoire, même si quelques communes en limite sud sont dans l’aire d’influence du Catalan. Le Fenouillèdes par son histoire est le seul territoire des Pyrénées-Orientales qui soit de langue et culture occitane. « Si la transmission orale a régressé, la langue d’Oc demeure présente, quasiment à son insu dans un flot d’expressions et de tournures populaires, dans les noms des personnes et des lieux, dans un certain mode de penser et de vivre ».

La connaissance, la transmission et le partage de ce patrimoine linguistique, facteur de lien social et d’intégration est globalement peu investie.

Massac, « Café d'un jorn » (Café d'un jour) - © ADHco