Accueil > le territoire / panorama

Un territoire attractif où faible densité de population rime avec innovation et créativité

Un territoire peu peuplé, mais avec un regain d’attractivité

Avec 30 278 habitants, une densité moyenne de 17,3 habitants/km², et la moitié des communes comptant moins de 113 habitants, le territoire de projet du PNR Corbières-Fenouillèdes constitue une zone à très faible densité de population, entouré par des secteurs à forte concentration.

Quelques chiffres
  • 0,78 % de croissance démographique annuelle moyenne
  • + 4 171 habitants entre 1999 et 2013
  • 80 communes (sur 106) gagnent en population ou se maintiennent
  • Indice de vieillissement : 150,8 contre 71,8 en France
  • Variation de la part des jeunes de moins 20 ans : + 0,5 % (France - 1,3 %)

Après avoir subi un fort exode rural et un déclin de population, laissant un territoire caractérisé par une population à faibles revenus et âgée, une partie du territoire connaît un regain démographique et un léger rajeunissement grâce à l’arrivée de nouveaux habitants. Ce rajeunissement concerne plutôt les communes les plus rurales. À l’inverse, les zones les mieux dotées en services ont tendance à attirer des personnes plus âgées.

L’innovation essentielle pour organiser l’accès aux services

La question des services et de l’accès aux services est une des préoccupations fortes de ce territoire.

Seule une approche transversale et territoriale permet d’avancer sur la question de l’accès aux services.
Cette réalité a suscité très tôt une forte capacité d’innovation avec par exemple : 4 Maisons de Services au Public dont 1 multi-sites s’appuyant sur les POM’S (points multi-services), 5 Maisons pluridisciplinaires de santé, la mutualisation de services entre communes ou intercommunalités…

Des dynamiques culturelles porteuses d’ouverture et de lien social

L’accès à la culture et aux pratiques culturelles représente un élément fort pour la population qui a choisi de vivre dans ce territoire relativement éloigné des « grands centres culturels ».


© ADHco

L’accès aux pratiques culturelles est inégal, à la fois en fonction des disciplines, mais également des secteurs. Néanmoins, des réseaux, des équipements sont bien présents et tentent d’irriguer le territoire.
Les intercommunalités prennent peu à peu des compétences culturelles relatives à la création d’équipements culturels et/ou aux actions culturelles d’intérêt communautaire, qui sont à déployer. Ce domaine est en cours d’organisation. Un des enjeux est l’articulation entre des équipements et services localisés et l’ensemble du territoire.

Les dynamiques associatives constituent un ressort essentiel de l’action culturelle. L’action, la programmation culturelle sont notamment le fruit du travail et du dynamisme de nombreuses associations qui ont au fil du temps tissé des liens avec des collectivités, des habitants qui demandent à être pérennisés. Elles s’attachent à initier des opérations de qualité, inscrites dans la durée. Croisant les regards d’artistes, favorisant la participation des publics, elles investissent une diversité de lieux « ordinaires » (gîte, appartement, café, salle communale, place…) ou « extra-ordinaires » (lieux patrimoniaux, sites touristiques), au plus près des habitants.

Une mobilité dépendante de la voiture individuelle

L’usage de véhicules à moteur dans les espaces naturels, à des fins utilitaires ou de loisirs, s’est généralisé dans les territoires ruraux et les espaces naturels. Ces usages lorsqu’ils ne sont pas maîtrisés, peuvent être source de dégradations des milieux et de nuisances et mener à des conflits d’usages et d’usagers.

Deux lignes de réseau ferré : La ligne Quillan-Carcassonne, seul TER du territoire dont le maintien reste très fragile, malgré ses 50 000 usagers, et le train rouge ou Train du Pays Cathare et du Fenouillèdes (TPCF), entre Rivesaltes et Axat, à vocation touristique et qui propose également une offre de fret.

La structuration d’une offre de Véloroute est en cours avec plusieurs itinéraires cyclables : l’objectif est de relier Bayonne à Perpignan en longeant les Pyrénées mais aussi des itinéraires nord/sud, permettant la découverte des châteaux et sites du Pays Cathare.

L’offre en transport en commun varie selon les secteurs et constitue un axe fort de progression tant sur les aspects relatifs aux services à la population qu’en matière de transition énergétique.

La chasse et la pêche, des pratiques de loisirs ancrées dans la culture traditionnelle locale

La chasse est une activité prépondérante sur le territoire, et en particulier la battue aux sangliers, qui attire de nombreux chasseurs extérieurs.

Le territoire est confronté à un problème de prolifération des sangliers, notamment lié à la fermeture des milieux.
Le maintien et le développement du petit gibier ont besoin d’espaces ouverts.
Des initiatives voient le jour autour de la valorisation des produits de la venaison, du tourisme chasse.

La pêche est un loisir important et représente une ressource pour le territoire.

L’offre de pêche est diversifiée avec :

  • la pêche en rivière dont 4 parcours « No Kill » en 1ère catégorie
  • la possibilité de pêche en barque (et float tube) sur le plan d’eau du barrage de Caramany et l’existence de 3 parcours de pêche à la carpe de nuit…
  • l’existence dans les Pyrénées-Orientales, d’un label « Parcours de pêche de loisirs » (3 parcours sur le PNR) et des gîtes de pêche à Trilla.

Le maintien de la qualité des eaux des rivières et des lacs est un enjeu commun de l’activité piscicole et de la biodiversité.

Pêche parcours Campagne-sur-Aude - © DR